"L'OPATB : des solutions pour limiter votre facture énergétique et protéger l'environnement"

 

Vous avez fait voter un vœu au Conseil de Paris afin que l'OPATB intègre un volet environnemental. En quoi cette demande consiste-t-elle ?

L'OPATB est une action environnementale : elle produit des logements moins consommateurs en énergie et participe ainsi à la réduction des gaz à effet de serre.

Il m'a cependant paru essentiel d'aller plus loin dans la démarche et de profiter du levier d'action que représente l'OPATB pour en faire une opération écologiquement performante et exemplaire. L'OPATB 19 est la première à concerner un arrondissement à Paris mais elle fait suite à d'autres expériences dont il est intéressant de s'inspirer. Par exemple, l'opération 2D2E sur le quartier de la République a bénéficié d'une aide spécialement créée par la Ville de Paris et dédiée aux actions de développement durable. Nous avons demandé qu'elle soit étendue à l'OPATB dans le 19ème.

Cette aide permet d'accompagner financièrement les propriétaires dans des travaux de végétalisation des cours d'immeubles, des façades des bâtiments et des toits.

Mais le dispositif va plus loin : il concerne aussi l'aménagement de locaux pour le tri sélectif, de stationnement pour les vélos, de systèmes de récupération des eaux de pluie ou encore de compostage. C'est une démarche globale qui contribue à faire de l'OPATB une opération exemplaire.

 

Quels sont les impacts sur le bâti dans le 19e ?

La végétalisation des immeubles apporte une valeur ajoutée à l'opération sur le plan esthétique mais elle est loin d'être accessoire ! Sur les toits et les façades, elle renforce l'isolation thermique des bâtiments. L'hiver elle réduit encore davantage la déperdition de chaleur. L'été, elle apporte ombre et fraicheur. Elle réduit en conséquence les besoins en chauffage et en climatisation dont l'utilisation entraine des émissions de gaz à effet de serre.

Végétaliser les immeubles, c'est aussi agir sur les températures. Les tissus urbains denses, comme c'est le cas à Paris, favorisent l'effet ilot de chaleur. Verdir nos immeubles est un moyen efficace de limiter cette hausse des températures liée à l'urbanisation.

Implanter du végétal en ville permet aussi le développement d'une flore spontanée et donc aussi d'une faune, qui manquent trop souvent dans nos villes. Grâce à son volet environnemental, l'OPATB 19 devient aussi une opération de réhabilitation écologique.

 

Qu'est-ce que ce volet environnemental apportera concrètement aux habitants ?

C'est une aide concrète : il donne aux habitants qui le souhaitent les moyens d'agir en faveur d'une ville plus durable en les aidant financièrement.

Ces actions ont des effets réels sur le quotidien des habitants car elles participent à améliorer leur cadre de vie. En transformant les ilots de chaleur en espaces de fraicheur l'été, la végétalisation rend les canicules plus supportables. L'apport en confort est aussi notable l'hiver puisqu'en renforçant l'isolation thermique des bâtiments, la végétalisation permet de mieux se chauffer à moindre coût.

Les projets environnementaux renforcent les liens sociaux en permettant de « faire soi-même » et ensemble. Planter des plantes grimpantes pour végétaliser les façades ou aménager des cours plantées, c'est accessible à tous. Des spécialistes de la nature en ville partageront avec les habitants connaissances et outils pratiques : quoi planter et à quelle saison, comment adopter une gestion écologique. Les plantations peuvent aussi être comestibles et donner lieu à de beaux moments de convivialité entre voisins !

Ce volet environnemental permet de mettre en place des actions complémentaires : on récupère les eaux de pluie pour arroser les plantes sans utiliser d'eau potable, on utilise le compost pour entretenir ses plantations tout en respectant l'environnement. Et ces actions ont des impacts qui dépassent les murs de la copropriété : les locaux adaptés au tri sélectif participent à une gestion des déchets basée sur le recyclage et les emplacements pour les vélos favorisent les mobilités douces.