« Prendre en compte les différents aspects techniques, faire de la pédagogie et dialoguer sont les maîtres-mots pour monter un projet de rénovation. »

Les copropropriétaires de la résidence Atlas avaient déjà réalisé un audit global de leurs immeubles avant d'intégrer l'OPATB 19ème. Depuis, ils ont missionné un maître d'oeuvre afin de définir un projet qui vise la performance BBC. Le programme de travaux sera mis au vote en novembre 2015.

 

 

Quelles étaient vos motivations en matière de rénovation ?

Notre résidence a été construite dans les années 70. Elle comprend 170 logements (dont un pour les gardiens) et un commerce. Le chauffage est assuré par des panneaux de sol sur lesquels des radiateurs, qui devaient être autonomes, ont été greffés pour des raisons d’économie. Depuis de nombreuses années les propriétaires se plaignent de l’incapacité du prestataire à assurer la régulation des températures d’un bâtiment à l’autre, d’un appartement à l’autre, d’une pièce à l’autre. Dès 2010 l’assemblée générale a souhaité réaliser un audit thermique, complété l’année suivante par un audit sur la structure des bâtiments. La synthèse s’est opérée avec l’élaboration d’un audit global partagé. Sur la base d’un cahier des charges élaboré par le conseil syndical, conseillé par l’ARC, celui-ci a été réalisé entre 2013 et 2014 par deux bureaux d’études travaillant en collaboration et a débouché cette année (2015) sur l’élaboration d’un plan complet de rénovation. Celui-ci traite évidemment nos problèmes de régulation thermique mais également nos problèmes architecturaux et structurels d’étanchéité (aigus indépendamment de leurs conséquences thermiques), de sécurité, etc. Grâce à cette étude, nous avons pu prendre en compte de manière plus large, l’essentiel des besoins de la copropriété. 

Comment organise-t-on les échanges entre les différentes parties-prenantes du projet ?

C'est un réel travail collectif, commencé avec l'audit. Pour le projet proprement dit, et sans compter les innombrables échanges de mail, le conseil a eu une dizaine de réunions techniques avec les bureaux d'études, dont la majorité en présence des conseillères thermiques de l'OPATB19. La conseillère chargée des aspects techniques nous a fait des suggestions d'élargissement du projet, par exemple sur l'accessibilité et a participé à la rencontre avec la Direction de l'Urbanisme. La seconde conseillère, en charge des aspects administratifs, nous a aidés dans la valorisation du projet en matière de subventions. Les uns et les autres ont participé à rendre le projet plus précis et à le populariser, à la fois par l'envoi de questionnaires individuels et lors de leurs interventions lors des deux réunions d'information et de discussion qui ont réuni à chaque fois environ 70 copropriétaires. C'est au cours de ces temps d'échanges que les copropriétaires ont soulevé des questions techniques et ont fait des suggestions qui ont enrichi le projet, qui est donc bien, comme le fut l'audit, « partagé ».

L’ensemble des moyens d’information mis en place par le conseil a permis aux copropriétaires de s’investir dans le projet : une adresse électronique (avec 55 abonnés à sa liste de diffusion) vient compléter l’affichage des comptes-rendus des réunions mensuelles et des notes d’information. Ces dernières permettent également de répondre aux questions individuelles. Les copropriétaires peuvent également poser leurs questions par courrier en les déposant dans les boîtes aux lettres classiques. Nous tenons à répondre à toutes les interrogations. Le syndic se charge également de leur transmettre un courrier pour annoncer les réunions d’information. Des affiches de proximité ont également été apposées à l’entrée des bâtiments et dans les ascenseurs.

Comment s’organise la suite du projet ?

L’objectif est d’atteindre, dans l’enveloppe prévue par l’AG de 2014, le niveau BBC (bâtiment basse consommation). Nous avons reçu le 23 juillet 2015 les propositions des entreprises. Les maîtres d’œuvre les analyseront au et en déduiront le coût global des opérations et les conseillères thermiques de l’OPATB19 réaliseront sur cette base les chiffrages des subventions possibles et des aides individuelles. Une dernière réunion d’information sera organisée le 21 septembre et une permanence sera assurée pour répondre aux questions individuelles. L’assemblée générale tranchera le 17 novembre 2015.

En quoi le label BBC (bâtiment basse consommation) est-il intéressant pour la copropriété ?

Le label BBC est important pour la copropriété à plusieurs niveaux. D’une part, il permet de prétendre à des subventions non négligeables. D’autre part, les copropriétaires, majoritairement résidents, ont une conscience écologique assez poussée. Acquérir ce label permet de réduire les impacts sur l’environnement. C’est un facteur clé. En menant ce projet, nous comptons bien évidemment rendre notre immeuble plus propre, plus confortable et moins polluant.